Kanye West - "My Beautiful Dark Twisted Fantasy" (Chronique)

Publié le par M.D.

Intro:Je vais vous parler d'un album qui me tiens à coeur, le dernier album de Kanye West. Je veux parler de My Beautiful Dark Twisted Fantasy. Pour ceux qui ont la flemme de lire tout, lisez la première partie, mais aussi et surtout la dernière partie (un résumé de l'album quoi). Pour ceux qui ont la passion de la musique de Kanye West, lisez juste en entier ! Bonne lecture..

 

 

My-Beautiful-Dark-Twisted-Fantasy.jpg


MY BEAUTIFUL DARK TWISTED FANTASY

 

 

Dans la riche fin d'année musicale de 2010, il y a parmi les plus grosses sorties, un retour dans le monde du HH très attendu. Un retour? Oui, après un quatrième album expérimental pop, et une pause forcée pour cause d'égo-incidents, Kanye West retournait début 2010 en studio pour un album promis et attendus comme un retour au source. Prévu à l'origine pour juin 2010, l'album fut terminer que fin octobre, et sorti le 26 novembre. Il a donc fallu beaucoup de temps à West pour peaufiner son album, et les fans s'impatientaient.


Toujours avare en buzz, il inventa le concept des « G.O.O.D Friday », idée qui constituait à mettre en téléchargement gratuit et légal une musique tout les vendredi, et ce jusqu'à Noël. Et on peut le dire désormais, ces cadeaux d'attentes étaient de très bons sons, de « Take One for a Team » à « Chain Heavy », il y en avait pour tout les goûts, et de très bonne qualité. Certain de ces GOOD Friday se sont retrouvés sur l'album, tandis que d'autres devraient faire partis d'un album en commun avec son Big Brother, Jay-Z.


Alors que la date de sortie approche, Ye' entretient son buzz. Il enchaîne les grosses collaborations, notamment dans ses GOOD Friday, mais aussi avec Kid Cudi, ou Nicky Minaj. Mais aussi les lives de ses deux premiers singles, respectivement « Power » et « Runaway », celui-ci en featuring avec Pusha-T, que Kanye a fait signé chez GOOD Music. Il fait preuve d'une incroyable passion pour les mises en scènes de ces parutions, faisant danser le décor et des danseuses étoiles à la pelle. Dans cette optique de mise en scène, et dans celle de son vœux de devenir un artiste accompli, Mr West mit au jour un nouveau projet, un film nommé « Runaway », reprenant les sons de son opus. Ce film fut dans l'ensemble une réussite pour certain, et une véritable daube égocentrique. Quoiqu'il en soit, il y a de très belles images, et le sens de ces images restent floues, colorées, teintées d'un regard très critique sur la société. Kanye a donc le public et les critiques rivées sur lui, ses faits et gestes, et son projet.


Cependant, environ deux semaines avant la sortie, donc en pleine promo de l'album, il ressent l'envie d'arrêter toutes interviews et scènes. Il a envie de se reposer, ce qui fait taire plus d'un mauvais parleur sur son égocentrisme. C'est dans cette ambiance de pause que l'album est leaké une semaine avant la sortie. Volontaire ou pas, peu importe, le buzz est encore et toujours autour de Yeezy.

 

 

 


Nous voilà un 26 novembre, lundi. Ce jour-là sort Nicky Minaj, Lloyd Banks et Ne-Yo, et donc Kanye West. Venons-en maintenant directement dans le sujet: My Beautiful Dark Twsited Fantasy. Le premier single « Power », sample entre autres King Crimson, et Afroamerica. Très bonne production et bonne prestation au micro de West, ce son est une très bonne première réussite. Le second single, « Runaway », est entraîné par le mini film précédemment cité. Une mélodie simple, tout comme le reste de la musique, mais efficace et plaisant. Kanye se permet de chanter, comme il sait le faire, c'est-à-dire moyennement, cependant il utilisera aussi le terrible et magique vocoder au lieu d'une simple gratte qui aurait fait très bien l'affaire. Le morceau dure donc 9 minutes en tout, où l'on déguste cette musicalité qui vous emporte. Jusque-là, les retours aux sources du Hip-Hop promises ne sont qu'à demi-teintes.


Prenons donc le tout premier morceau, intitulé « Dark Fantasy ». De loin un des meilleurs morceaux de l'album. Il y raconte ses débuts de la vie à Chicago et dans le rap, et Kanye adopte un bon flow doté en prime de bonnes paroles : « The plan was to drink until the pain's over/ but what's worst ? The pain or the hangover ? »  (Le plan était de se souler jusqu'à ce que la peine s'évanouisse/ mais qu'est-ce qui est le pire ? La tristesse ou la gueule de bois ?). S'en suit « Gorgeous », peut-être un peu lassant dans la longueur, mais mine de rien, encore une belle réussite, avec en guest Kid Cudi au refrain, et un très bon couplet de The Chef, Reakwon.


Un morceau retient mon attention particulièrement, du fait qu'il a un fort potentiel pas assez développé. Il s'agit d'« All of the Lights », où les invités découlent tout simplement: Rihanna, Kid Cudi, John Legend, The Dream, Ryan Leslie, Tony Williams, Charlie Wilson, Elly Jackson, Alicia Keys, Fergie et Elton John. Les instruments à vents nous impriment le beat dans la tête, ça bouge, c'est chanté par du talent, alors quoi ? Pourquoi que 5 minutes pour 12 artistes! Ceci n'empêche pas que ce morceau est très bon.


Les deux prochains morceaux sont des GOOD Friday, donc nous les connaissions avant le 26. Sur le premier, « Monster », Nicky Minaj pose largement mieux que Jay-Z et Kanye West, sur un beat très très.. Bon! Et étudié. Il sonne crade à la premiére écoute, mais à force il lâche réelement toute sa puissance: « Gossip, gossip. Niggas please stop, everybody knows I'm a motherfucking monster ». Viens ensuite « So appalled », qui pourrait vous faire rappeler l'instrumental d'un freestyle de Tyga, mais celle-ci est belle et bien de Kanye West lui-même. Beaucoup d'invités encore, Jay-Z, Pusha-T, Cyhi Da Prince ou aussi Swizz Beatz et The RZA. Celui qui écrase est Hova (Jay-Z), en grand leader de la east coast aujourd'hui: « How should I begin this ?/ I'm just so offended/ How am i even mentionned by all these fuckin beginners ?/ I'm so appalled/ I might buy the mall/ Just to show niggas how much more I have in store ».


Voilà maintenant un bijoux de l'album, et un des rares bijoux de Kanye non produit par Kanye, car c'est Bink qui se charge de cette magnifique production aux teintes très nu-soul, samplant Smokey Robinson: « Will You Still Love Me Tomorrow ». Nous avons le droit à un solo ma foie réussi de guitare, mais aussi à un couplet ma foi très réussi de Rick Ross, que l'on attendait pas là! Kanye West traite dans ce morceau ses amours passés entre autres: « The way you look should be a sin » (Ta beauté devrait être un pêché), « We love Jesus but she did learn a lot from Satan » (Nous aimons Jésus mais elle a beaucoup appris de choses venant du diable).


Certes, à le premiére écoute il peut paraître bien crade, mais « Hell of a life » est une merveille de la production. C'est aussi bon à signaler que ce morceau explique le choix de covers très critiqué de l'album. Rien d'autres à dire sur ce morceau, hormis que vous pouvais l'écouter en boucle sans modération, ca fait mal et du bien aux oreilles!


Pour « Blame Game », Ye' est accompagné de John Legend au piano et au refrain, pour ma foi un morceau très plaisant. Il raconte ici, pour changer, ces amours passés, déceptions pour la plupart, et ce n'est sans penser que Kanye n'a toujours pas trouver le grand amour dans la réalité: « Let's play the blame game, I love you, more […] let's call her names, names, I hate you, more » (Jouons au jeu de la culpabilité, je t'aime, plus [que toi] […] citons les toutes, toutes, je te déteste, plus). C'est à la fin de ce morceau que l'on entend un amant et la fille des paroles, voulant savoir comment elle est devenu si parfaite. A cette demande, elle lui répond à chaque fois « Yeezy thought me ».


L'album se termine sur un sample de son ami chanteur de folk Bon Iver. « Lost in the world » peut donner des frissons à plus d'un avec une instrumentale très efficace, suivi d'un outro « Who will survive in America », qui termine magiquement bien cet album.

 

 

 


Les comptes sont faits maintenant, il reste à savoir si cet opus aura le succès commercial qu'il mérite, et comment vieillira-t-il dans le temps. D'ores et déjà, il a eu le droit a une promo/buzz très active, et des critiques bonnes dans l'ensemble. Il faut retenir particulièrement celle du magazine Rolling Stones, notant l'album d'un 20/20, note suprême, et les 5 étoiles qui vont avec. Rappelons que Late Registration avait aussi reçu cette note, Graduation et 808's and heartbreaks en avaient recu 4 et demie, tandis que, et cela reste surprenant, College Dropout avaient reçu 3 étoiles et demie. Par ailleurs, les pronostics à la vieille de la sortie commerciale tournent autour des 600 000 albums vendus aux Etats-Unis.


Kanye, tu voulais qu'on te considère comme un artiste? C'est chose faite. Même si l'ambiance des sources du Hip-Hop n'est pas forcément au rendez-vous, cet album mélange magistralement des sources rock psychédélique, à la pure soul, en passant par la folk mélodieuse. Il faut particulièrement écouter ce cinquième album de Kanye West pour les instrumentales donc (Power, Hell of a life, Monster...), mais aussi les diverses prestations des MC's présents (Dark Fantasy, Blame Game, So appalled...).

 

 

 


 

 

 Peace, M.D.!

 

 

 

 

Publié dans Hip-Hop

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Cet album est un vrai bijou. Un trésor et un ravissement pour les oreilles. Yeezy est un génie, ce disque en est la preuve!
Répondre